Immobilier

Promoteur immobilier : de quelle marge bénéficie-t-il ?

La promotion immobilière doit réaliser des bénéfices, comme toute autre activité commerciale. Le promoteur déterminera la marge bénéficiaire de chaque projet. Une prévision financière est nécessaire pour évaluer la viabilité du projet. C’est particulièrement important si vous cherchez à obtenir un financement. Sachez que le calcul de la marge nette pour le promoteur dépend de nombreux facteurs.

La marge du promoteur est déterminée par le taux de rendement

L’étude de faisabilité est la première étape de l’analyse de la rentabilité d’un programme immobilier. Cette analyse commence avant la prise en compte du taux de marge dans la promotion immobilière.

Le seuil de rentabilité acceptable est déterminé par le promoteur immobilier lors de l’établissement des bilans. Cette évaluation consiste à calculer le chiffre d’affaires nécessaire pour atteindre l’objectif de marge nette minimale. Après avoir déduit toutes les charges, la marge est ce qui reste.

Ce principe est simple. La marge d’un professionnel de l’immobilier va augmenter si le seuil de rentabilité est dépassé. Dans la situation inverse, le promoteur immobilier enregistrera un déficit.

La marge prévisionnelle dans la promotion immobilière

Le promoteur veillera à maîtriser son taux de marge pour tout projet immobilier. Il est nécessaire de calculer le taux de marge en utilisant la base du chiffre d’affaires (ventes), avant de soustraire les coûts opérationnels (ou prix de revient). Il est donc essentiel d’avoir une bonne estimation.

Lire aussi :  Paiement de la taxe d'habitation en colocation : qui paye ?

La marge d’un promoteur immobilier se situe généralement entre 8 et 10% du chiffre d’affaires de l’opération.

Promotion immobilière et prix de revient

La maîtrise du prix de revient est donc primordiale. Ces coûts comprennent les frais fixes et variables liés au projet immobilier. Ainsi, le promoteur doit déterminer les coûts liés à la conception, la construction et la gestion du projet. Ce sont les principaux coûts.

  • L’acquisition de la propriété, ainsi que les frais de notaire.
  • Les impôts et taxes
  • Les études techniques
  • Les honoraires des différents prestataires de services
  • Les travaux de construction
  • Les assurances nécessaires pour la durée du projet.

La méthode du compte à rebours est utilisée par le promoteur immobilier pour déterminer le montant maximum qu’il peut investir dans l’achat du terrain. S’il veut maintenir sa rentabilité, il peut utiliser la méthode du compte à rebours pour visualiser le montant maximum qu’il est en mesure d’investir dans l’achat.

Obtenir la marge nette du promoteur

Les étapes précédentes ont dû vous donner une idée du taux de marge d’un promoteur immobilier. Cependant, il faut encore déduire les impôts et les prélèvements sociaux. Vous obtiendrez ainsi la marge nette. Il s’agit de la marge réelle que vous percevrez à la clôture de la transaction.

La TVA sur les biens immobiliers

Un professionnel de l’immobilier peut vendre des lots d’immeubles ou des immeubles entiers. La TVA applicable est de 20%. On trouve les biens suivants :

  • Les logements de moins de cinq ans
  • Les lots en l’état futur d’achèvement (VEFA) ;
  • Les biens suffisamment importants pour être rénovés peuvent être reclassés dans le ” neuf “.
Lire aussi :  Refuser une colocation en tant que propriétaire : est-ce possible ?

Cette TVA est calculée à la fois sur le prix de vente et sur la marge brute d’un promoteur immobilier. Cela permet de calculer le net après impôt.

La fiscalité en fonction du type d’entreprise

La fiscalité peut varier en fonction du cadre juridique utilisé par le promoteur immobilier. Ces différences peuvent être utilisées pour déterminer les bénéfices nets.

La société civile de construction-vente

Cette société achète des terrains afin d’y construire des bâtiments et revend ensuite l’opération par lots. Ces sociétés sont utiles lors de l’établissement d’opérations immobilières.

Leur impôt ne correspond pas à l’impôt sur les sociétés, mais à l’impôt sur le revenu. Ainsi, la marge d’un promoteur immobilier est soumise à l’impôt dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux.

La société de distribution

Cette société est destinée à acquérir des terrains ou des biens immobiliers en vue de les revendre par lots. Son fonctionnement est similaire à celui de la société de construction-vente mais elle est également chargée de la gestion et de l’entretien des immeubles.