Extérieur

Compostage : quelles sont les techniques qui existent ?

Le compostage permet de valoriser les déchets ménagers et les déchets végétaux. Il s’agit d’une technique économique et écologique qui vous permettra de mieux nourrir vos plantes potagères ou ornementales. Il existe plusieurs techniques de compostage qui possèdent chacune leurs avantages et leurs inconvénients. Découvrez-les ici, en plus d’autres informations utiles pour adopter le compostage.

Le compostage en tas

Le compostage en tas se fait suivant des tas en longueur. Il a l’inconvénient de ne pas être esthétique. Il vous faudra réserver un emplacement reculé dans votre jardin, avec suffisamment d’espace. Les matières organiques doivent être bien éparpillées sur la surface. Tous les 5 mois environ, vous devrez retourner votre tas.

Une fois l’automne arrivé, il est utile de prendre des dispositions pour garder votre compost chaud et actif. Pour cela, rassemblez des feuilles mortes et après les avoir broyées en vous servant de votre tondeuse, répandez-les de manière uniforme sur le tas.

femme qui composte

Le compostage de surface

Avec le compostage de surface, au lieu de réaliser des tas de compost, vous répandez directement les déchets organiques sur le sol. D’une certaine manière, le compostage de surface reproduit le cycle naturel de la matière organique. Lorsqu’une plante ou des parties d’une plante (branches, feuilles, fleurs) meurent, elles tombent sur le sol qui les a nourries, et contribuent à l’améliorer. Le compostage de surface se caractérise par sa simplicité, un gain de temps et un gain d’énergie. Cependant, vous ne pouvez utiliser que les déchets issus du jardin pour réaliser ce type de compostage. Dans la majorité des cas, les déchets sont ensuite recouverts par un paillis pour des considérations esthétiques.

Le compostage en silo

Vous avez un jardin d’une taille relativement petite ? Le compostage en silo ou compostage en bac est probablement la meilleure option pour vous. Les déchets sont accumulés dans un bac en bois ou en plastique. Ce type de compostage se caractérise par une meilleure organisationun gain d’espace et plus d’esthétique, en comparaison avec le compostage en tas par exemple.

Il nécessite un entretien minime et peut se révéler très pratique également : il suffit de compartimenter le silo ou d’en avoir deux. Ainsi, vous pouvez laisser le compost s’accumuler pendant plusieurs mois, tout en ayant à votre disposition du compost mûr et prêt à être utilisé.

Le lombricompostage

Le lombricompostage utilise des lombrics, des vers rouges qui décomposent la matière. Il est idéal pour un compostage dans un garage, une cour ou encore une terrasse. Ce type de compostage se réalise à l’intérieur d’un lombricomposteur : un dispositif composé de 4 bacs en plastique ou en bois. Le lombricompostage est parfait si vous n’avez pas beaucoup d’espace, puisqu’un lombricomposteur s’installe aisément sur un balcon, sur une terrasse ou dans un garage. Il vous permet de récupérer du compost solide et du compost liquide et fonctionne toute l’année.

Conseils pour réussir votre compost

Le compost n’est pas compliqué à réaliser. Cependant, vous gagnez à faire attention à quelques points si vous souhaitez le réussir au mieux :

  • Évitez d’y inclure des plantes toxiques, des végétaux qui ont fait l’objet d’un traitement phytosanitaire ou encore des branches épineuses ;
  • Favorisez une bonne aération du tas en incorporant aussi bien des déchets herbacés que des matières ligneuses. Une bonne aération est synonyme d’une bonne oxygénation. Les micro-organismes responsables de la transformation des déchets requièrent de l’oxygène ;
  • Broyez les divers éléments de votre compost autant que possible et mélangez votre compost toutes les deux semaines pendant les deux premiers mois ;
  • Pour prévenir un excès d’humidité et pour conserver la chaleur, recouvrez le tas avec des cartons ou des tôles. Un excès d’humidité compromet une bonne aération, ce qui ralentit le processus. Cependant, un minimum d’humidité est également essentiel. Autrement, cela peut résulter en la mort des micro-organismes et la fin du processus de transformation ;
  • Permettez un contact direct entre le composteur et la terre, pour que le processus de compostage se déroule de façon optimale.

utilisation du compost

Comment utiliser votre compost ?

Le compost s’utilise idéalement en automne à des fins de protection des plantes et au printemps pour l’entretien du jardin. Avant la maturation, servez-vous-en comme d’un paillis pour créer un amendement organique dans la terre ou au pied des plantes et arbustes. Après la maturation, mélangez le compost à la terre.

Les arbustes des sous-bois ainsi que les arbres fruitiers bénéficieront d’un apport en compost de 1 à 3 kg/m2 et par an, de janvier à mars et d’octobre à décembre. L’apport est le même pour vos fleurs, mais la période d’utilisation va de mars à mai et d’octobre à novembre. Des légumes comme le chou, le potiron, les épinards, l’artichaut, l’aubergine ou la pomme de terre ont quant à eux besoin de 3 à 5 kg de compost par mètre carré et par an, de février à mai.