Travaux

Peindre un plafond sans se fatiguer : nos astuces

Peindre le plafond n’est pas l’un des travaux de bricolage les plus faciles, d’un autre côté, il ne s’abîme pas autant que la peinture des murs, qui sont soumis à davantage de contact avec les meubles, les mains, les coups, etc.

Si vous envisagez de peindre vous-même le plafond de votre maison et d’économiser ainsi un peu d’argent, vous devez connaître quelques astuces pour empêcher la peinture de couler excessivement, afin que ce ne soit pas un travail si pénible, ou pour éviter de tacher les murs. Soyez attentif, ces conseils vous permettront de vous sortir de cette situation difficile et peindre votre plafond sans vous fatiguer. En fait, une grande partie du succès de cette tâche provient d’une bonne préparation avant de commencer à peindre.

Comment préparer le plafond avant de le peindre ?

Avant de commencer à peindre votre plafond, il est conseillé de faire quelques préparatifs, le premier étant de préparer la pièce :

Protéger ses meubles

Si vous pouvez déplacer les meubles dans une autre pièce, ce serait mieux, sinon, vous pouvez les empiler vers le centre de la pièce et les recouvrir de plastique pour éviter les taches de peinture. Vous serez également plus à l’aise si la pièce ne comporte que quelques objets.

Lire aussi :  Les compétences d'un électricien pour votre logement

Il est également conseillé d’enlever les lampes du plafond pour accélérer le processus de peinture.

Recouvrir les prises et les plinthes

Il est également conseillé de recouvrir les prises de courant, les interrupteurs et les plinthes avec du ruban adhésif, même s’ils sont sur le mur, ce sera plus facile à ramasser et à nettoyer lorsque vous aurez terminé. Sinon, vous devrez repasser dessus pour enlever les gouttes de peinture.

Protéger vos murs

Le mur doit également être protégé des éclaboussures de peinture, surtout si le plafond et le mur sont de couleurs différentes. Par conséquent, en cas de doute, vous devez placer du ruban adhésif de masquage sur la séparation entre le plafond et le mur et vous pouvez également coller du plastique sur les murs pour les protéger. Le travail préparatoire permet d’économiser beaucoup de travail par la suite, même si vous trouvez cela amusant.

Bien nettoyer son plafond

Nettoyez soigneusement le plafond en éliminant les toiles d’araignée dans les coins et la poussière qui a également tendance à se déposer à cet endroit. Vous pouvez utiliser un plumeau fixé à un manche à balai ou à une perche télescopique si vous en avez une pour vous faciliter la tâche.

Vérifier l’état de la peinture du plafond

Une fois que vous avez fait cela, il n’est pas encore temps de peindre, mais de vérifier l’état de la peinture précédente sur le plafond. Si elle est un peu détériorée, qu’elle est bombée ou qu’elle tombe, vous ne devez pas peindre par-dessus, car il y a un fort pourcentage que la nouvelle peinture suive le même processus.

Lire aussi :  Percer des trous dans un plan de travail en granit : les étapes à suivre

Dans ce cas, vous devrez enlever l’ancienne peinture à l’aide d’une spatule, pour faciliter la tâche, mouillez préalablement le plafond à l’aide d’un rouleau trempé dans l’eau.

Une fois que vous avez effectué tous les préparatifs, vous pouvez commencer à peindre le plafond.

peindre plafond sans se fatiguer

Conseils pour peindre le plafond rapidement et sans se fatiguer

En plus de la peinture choisie et du rouleau, vous aurez besoin d’un manche télescopique et d’une petite échelle pour peindre le plafond. Cela peut rendre le travail en hauteur beaucoup plus facile. Vous éviterez ainsi de devoir travailler en tournant beaucoup la tête en arrière et en utilisant plus de force que nécessaire avec vos bras, ce qui fatiguera votre dos.

Pour effectuer le travail de peinture du plafond, vous devez :

Peindre les angles et les coins au pinceau

Commencez par peindre les angles du mur et les coins avec un pinceau, car le rouleau ne peut pas atteindre ces zones correctement. Plus le pinceau est large, meilleur est le résultat. Pour peindre ces zones, prenez un peu de peinture sur le pinceau et enlevez l’excès de peinture pour qu’elle ne coule pas trop.

Utiliser un rouleau de peinture adapté

Utilisez un rouleau dont la longueur des poils est adaptée : si vous en avez plus que nécessaire pour un travail particulier, vous pulvériserez plus de peinture en roulant. N’oubliez pas que les rouleaux à poils longs sont conçus pour couvrir des surfaces texturées, alors que pour un mur plat, un rouleau à poils courts est préférable.

Pour faire le travail rapidement, vous pouvez éviter d’utiliser un bac à peinture pour l’égouttage. À la place, vous pouvez verser la peinture que vous allez utiliser dans un autre seau profond et presser l’excédent de peinture contre les murs avant de l’appliquer.

Lire aussi :  Fabriquer un chauffe-eau solaire soi-même : les étapes à suivre

Utiliser une perche téléscopique

Fixez le rouleau à une perche télescopique ou, si vous n’en avez pas, utilisez une échelle. Divisez visuellement le plafond en trois parties. Commencez par la première partie en plongeant le rouleau dans le seau, mais ne plongez pas le rouleau beaucoup plus loin que le couvercle du rouleau, car cela couvrirait le cadre du rouleau de peinture et provoquerait des coulures.

Laissez le rouleau bien s’imprégner de la peinture, pressez l’excédent de peinture sur le côté du seau de haut en bas plusieurs fois sans appuyer trop fort. Continuez avec les deux autres. Faites toujours glisser le rouleau dans une seule direction.

Faites des pauses

Lorsque vous peignez le plafond, vous risquez d’être trop fatigué ou d’avoir des vertiges, alors faites de courtes pauses pour baisser la tête et détendre vos bras.

Laissez la première couche sécher et appliquez une deuxième couche en utilisant le même système. Veillez à une bonne ventilation pendant que vous peignez.

Aérez la pièce

Laissez la fenêtre ouverte pour permettre à la peinture de bien sécher et n’installez pas de meubles ou de lampe avant que le plafond n’ait bien séché.

Remarque importante : décollez le ruban de masquage qui marque la séparation avec les murs lorsqu’il est encore frais, sinon, si vous attendez qu’il ait séché, vous risquez d’emporter une partie de la peinture lorsque vous l’enlèverez.