Extérieur

Bassin d’agrément : l’importance d’une filtration efficace

En plus de rendre votre domicile convivial, l’installation d’un bassin d’agrément favorise le développement d’un espace de biodiversité tout en permettant de disposer de filtres et purificateurs naturels. Pour qu’un bassin de jardin fonctionne correctement, il est important de l’entretenir, d’où l’intérêt de la filtration. À cet effet, plusieurs questions se posent. Comment choisir la pompe de filtration idéale ? Quels types de plantes utilisés pour une filtration naturelle ? Comment faire face à la prolifération des algues ?

Comment choisir la bonne pompe de filtration pour votre bassin ?

Le choix d’une pompe de filtration doit se faire en fonction de nombreux facteurs. Parmi ceux-ci, on peut notamment citer le débit de la pompe à filtration, la consommation électrique, le type d’alimentation ou encore le modèle et le niveau sonore.

Le débit de la pompe

Le circuit de filtration est en effet composé d’un filtre et d’une pompe qui sont tous les deux reliés hydrauliquement au bassin. Le débit de la pompe représente ici sa capacité ou sa puissance. La capacité est exprimée en mètre cube par heure ou en litres par minute tandis que la puissance est quant à elle exprimée en cheval-vapeur (CV).

Pour déterminer le débit réel de la pompe, il suffit de diviser le volume du bassin par le temps de recyclage. C’est le temps que met l’intégralité du volume de votre bassin pour parcourir tout le système de filtration. En général, le débit de la pompe de filtration doit être assez puissant pour faire circuler l’eau dans le système et la filtrer dans une durée maximum de 5 heures.

Lire aussi :  Savoir si un arbre est mort : que faut-il vérifier ?

La consommation électrique de la pompe

La consommation électrique d’une pompe de filtration pour bassin dépend d’un modèle à un autre, en fonction de la pression et du débit de l’eau. Ce critère impacte directement vos factures d’électricité. Raison pour laquelle il est conseillé de trouver le bon compromis entre vos besoins et votre budget.

Par exemple, pendant les périodes d’exploitation comme l’été, une filtration peut fonctionner en moyenne entre 10 et 12 heures par jour. Dans certains cas, elle peut même fonctionner en continu. Des modèles à vitesse variable et à double vitesse ont ainsi été développés pour répondre à tous les besoins.

Le type d’alimentation de la pompe

En parlant de consommation électrique, il est aussi important de vérifier le type d’alimentation de votre pompe de filtration. En effet, il faut toujours vérifier la compatibilité des branchements électriques de la pompe de filtration avec les installations de votre maison. Pour information, les pompes de filtration peuvent être triphasées ou monophasées.

pompe de filtration bassin jardin

Quels types de plantes pour une filtration naturelle ?

Il existe de nombreuses plantes que vous pouvez utiliser pour une filtration naturelle de votre bassin. Parmi celles-ci, on peut notamment citer les nénuphars, l’iris aquatique, l’onagre d’eau, l’azalée ou encore l’érable.

Les nénuphars

Les nénuphars jouent un rôle important dans le maintien de la température de l’eau de votre bassin. Grâce à leur longueur, ces belles fleurs dominent le bassin, projetant ainsi des ombres qui permettent de préserver l’eau des impacts des rayons de soleil. La présence des nénuphars contribue également à la diminution de la population d’algues dans votre bassin naturel.

L’iris aquatique

Plantés à l’extérieur de la piscine, les iris aquatiques contribuent à embellir les abords de votre bassin naturel. L’un de leurs plus grands avantages est qu’ils permettent aussi de stabiliser le sol sur lequel ils sont plantés. Ils permettent ainsi de lutter contre l’érosion du sol en conservant le bassin en parfait état.

L’onagre d’eau

Reconnu pour ses propriétés hydratantes et émollientes, l’onagre d’eau permet de nourrir les organismes et les animaux présents dans le bassin naturel. L’onagre sert également de nourriture aux micro-organismes que l’on retrouve le plus souvent à la surface du bassin.

Lire aussi :  Olivier qui a été trop arrosé : quels sont les symptômes ?

Les érables

Connus pour repousser les insectes, les érables sont particulièrement efficaces pour transformer votre bassin en une zone exempte de parasites. Les fruits d’un érable peuvent aussi servir à d’autres usages, à condition de le planter loin du bassin pour éviter qu’ils ne tombent dedans.

Les azalées

Le plus souvent utilisées à titre décoratif, les azalées permettent d’apporter du style à votre bassin, grâce notamment à leur feuillage persistant. Faciles d’entretien, ces plantes conservent votre bassin d’eau dans un état éclatant toute l’année. Les azalées doivent d’ailleurs être plantées aussi loin que nécessaire de votre bassin, car il s’agit d’une plante qui ne supporte pas les excès d’eau.

De plus, certaines plantes grasses comme les echeverias, les crassulas ou encore les cactus peuvent également être plantées autour d’un bassin de jardin. En plus de l’effet esthétique, ces plantes protègent les abords de votre piscine naturelle.

Comment faire face à la prolifération des algues dans votre bassin ?

Tout propriétaire de bassin redoute de retrouver la surface de sa piscine naturelle verte. Cette coloration de l’eau peut être causée par la présence d’algues. La prolifération d’algues peut entrainer celle d’autres micro-organismes qui, à leur tour, peuvent causer des irritations, des rougeurs, des diarrhées ou encore des démangeaisons et des allergies. Pour lutter efficacement contre la prolifération des algues dans votre bassin, plusieurs mesures s’imposent.

Le traitement préventif des algues

Un bassin qui dispose d’une eau équilibrée, d’un système de désinfection efficace et d’un système de filtration performant et régulièrement fonctionnel a peu de chance de se voir infiltrer par des algues. L’installation d’une protection comme une bâche de piscine permet aussi de lutter contre l’apparition des algues.

En effet, plus la couverture est mise en place tôt, moins les rayons UV parviendront à pénétrer l’eau. Par conséquent, la photosynthèse ne pourra se faire. Un traitement préventif régulier est aussi un bon moyen de lutter contre la prolifération des algues dans le bassin. Si toutes les conditions sont respectées, l’ajout régulier d’anti-algues permettra de limiter grandement les risques.

Lire aussi :  Construire un abri de jardin : les 5 étapes à suivre

Le traitement choc

Dès lors que les algues ont déjà envahi votre bassin naturel, il est temps de passer au traitement choc. C’est en effet le dernier recours pour une eau claire et limpide avant d’envisager une vidange complète de la piscine naturelle. Ce traitement commence par un nettoyage du bassin de fond en comble. Parois, fond, ligne d’eau, échelle, marches de l’escalier… Aucune zone immergée ne doit être épargnée.

L’utilisation d’une chloration choc est également efficace pour déloger les algues. Pour que le produit fonctionne correctement, il est nécessaire de laisser tourner la filtration en continu pendant au moins 12 heures. L’utilisation des plantes aquatiques flottantes telles que les nénuphars, les jacinthes d’eau ou encore les pisties (Pistia stratiotes) font également partie des solutions pour lutter contre la prolifération des algues.

Que devez-vous faire si votre bassin devient trouble ou obscur ?

Il existe de nombreuses causes qui peuvent détériorer la qualité de votre bassin et son état :

  • un temps de filtration insuffisant,
  • des résidus d’algues,
  • un taux de désinfectant trop bas,
  • une eau calcaire,
  • un pH trop élevé…

Pour retrouver une eau limpide, quelques mesures s’imposent. Pour éviter que votre bassin devienne trouble ou obscur, une analyse de l’eau doit d’abord être réalisée au minimum une fois par semaine. Pour un test complet et précis, il est recommandé d’utiliser des bandelettes d’analyse. L’utilisation des sondes connectées pour bassin naturel permet aussi de mesurer automatiquement l’équilibre de l’eau. Si l’eau de votre bassin est trouble, il est important de contrôler son taux de pH, le TAC, le taux de désinfectant ou encore la dureté de l’eau.

Si le bassin devient trouble à cause d’un pH trop élevé, vous devez ajuster le pH entre 7,0 et 7,4 avec du pH moins. Pour un taux de désinfectant trop bas, ajoutez un traitement choc adapté à votre traitement habituel. Pour un pH trop haut, il suffit également d’équilibrer le pH entre 7,0 et 7,4 si nécessaire.

Lorsque vous commencez à voir des signes de maladie chez vos poissons ou vos plantes, il est nécessaire de procéder à un nettoyage complet de votre bassin d’agrément. En effet, cela peut être dû à la mauvaise qualité de l’eau de votre piscine. Procédez également à un nettoyage complet du filtre en utilisant un produit détartrant pour filtre.